Appel à l'arrêt des travaux

30 juillet 2012. Hydro-Québec vient d'accorder des contrats pour 59 millions à Louisbourg SBC, une compagnie liée à Tony Accurso, pour débuter en août 2012 les travaux d'excavation aux Grandes-Chutes de la rivière Romaine.
 
Les barrages à la Romaine nous coûtent environ 0,09 $ le kWh (Bernard, 2011) alors que cette énergie est vendue autour de 0,05 $ le kWh aux grandes entreprises, ou exportée à un prix similaire. Le coût total du projet : au moins 7,5 Milliards, sans compter les coûts environnementaux et sociaux. Et Hydro veut refiler la facture aux contribuables en demandant une hausse des tarifs.
 
Dans un contexte de surplus énergétiques et alors que plusieurs alternatives s'avèrent moins coûteuses, plus écologiques et davantage génératrices d'emploi, qu'est-ce qui justifie l'urgence de tels nouveaux barrages ? Le Plan Nord, lui même controversé ?
 
Ainsi, un ensemble d'organismes et de citoyen.ne.s réclament que les plans pour de nouveaux barrages sur la Romaine soient arrêtés, d'ici à ce que les conditions suivantes soient réunies :

  1. Que Hydro-Québec résilie le contrat avec Louisbourg SBC et s'engage à ne pas lui en accorder de nouveaux d'ici à ce que la Commission Charbonneau ait fait ses recommandations quant à la légitimité que des compagnies liées à Tony Accurso obtiennent des contrats de cette nature.
  2. Que le gouvernement du Québec s'engage à mettre de l'avant une planification intégrée qui prend en compte l'ensemble des coûts et bénéfices (environnementaux, sociaux et économiques) des différentes filières énergétiques dans le choix des projets à réaliser.
  3. Que Hydro-Québec s'engage à suivre la recommandation du BAPE demandant de préserver une rivière équivalente, pour chaque rivière harnachée, en commençant par la rivière Magpie.
  4. Qu'un bilan des impacts sociaux actuels du chantier de la Romaine soit réalisé, où les citoyen.ne.s, organismes et municipalités concernées pourront préciser des balises pour que les projets de développement régional bénéficient à long terme aux communautés, sans miner à court terme l'accès aux services de base (logement, commerces locaux, etc.)

En somme, un arrêt des travaux nous semble possible, avec un impact moins grave sur la région que si le projet suit son cours, le temps que soit vérifié si le projet aux Grandes-Chutes et les autres barrages annoncés sont conçus et réalisés dans l'intérêt public. Le temps également d'accorder aux alternatives énergétiques la place qui leur est trop souvent refusée dans ce débat.
 
Nous veillerons à ce que cet appel soit diffusé, entendu, débattu et appliqué, tandis qu'il encore temps...

S'abonner à romaine-appel.org RSS